Quelques techniques pour choisir son futur

Quelques techniques pour choisir son futur

La plupart de nos décisions sont inconscientes. Les conscientiser toutes, nous demande beaucoup trop de charge mentale. D’autres sont conscientes et ne sont pas toujours faciles à prendre.

Ce matin, je fais le choix

  • de mettre ce pantalon noir
  • de prendre une pince pour mes cheveux
  • de manger une banane et boire un thé vert
  • de commencer par travailler sur mon article

Je peux continuer. La liste est longue…

Des choix, nous en faisons des milliers tous les jours !

La plupart de nos décisions sont inconscientes. Les conscientiser toutes, nous demande beaucoup trop de charge mentale.

D’autres sont conscientes et ne sont pas toujours faciles à prendre.

Parfois, la vie nous impose certaines choses, parfois nous pouvons choisir.

La vie m’oblige, il y a 3 ans, à arrêter ma relation, car je fais fausse route avec mon compagnon.

Cet arrêt brutal m’impose certaines choses que je ne choisis pas, mais me laisse avec une multitude d’autres choix.

  • Garder la maison ?
  • Rester en France ?
  • Et le boulot ? Je reste freelance ?

Prendre de bonnes décisions n’est pas simple. Mais tellement important !

De petites décisions prises au quotidien peuvent nous mener là où nous souhaitons aller ou, au contraire, pas du tout.


Pourquoi est-ce si essentiel ?

  • Pour s’intéresser aux choses qui ont de l’importance ;
  • Pour avoir une vie qui a du sens ;
  • Pour pouvoir mettre notre énergie au bon endroit.


Personnellement, j’ai tendance à fonctionner avec l’intuition. Mais quand les émotions s’en mêlent, je me sens guidée dans un sens plutôt qu’un autre et je n’entends plus mes ressentis internes qui me guident en temps normal.


Alors, comment s’y prendre ? Comment faire les bons choix ?


Pour écrire cet article, je me base sur ma propre expérience de vie où je décide, en permanence, de saisir les opportunités qui me sont offertes.

  • Une vie saisonnière entre la Suisse et la Belgique pendant 10 ans
  • une expérience de 5 mois au Canada en 2008
  • une reconversion pro en 2015


Mon expérience de Designer et mes nombreux contacts me permettent d’enrichir le sujet de la prise de décision tellement présent dans nos vies et notre travail.


Voici les questions auxquelles je vais répondre dans cet article :

  • Comment prendre des décisions avisées  ?
  • Quels outils ou techniques peuvent nous aider à mieux décider ?


À la fin de cet article, vous diminuerez le nombre de décisions à prendre pendant votre journée et vous serez armé de techniques superpuissantes pour faire de meilleurs choix.



La fatigue décisionnelle


La fatigue décisionnelle, théorisée en 1990 par le psychologue américain Roy Baumeister, est un concept montrant que notre cerveau fonctionne comme un muscle : il se fatigue à force de prendre des décisions toute la journée.


L’étude de Sheena Iyengar & Mark Lepper montre que plus il y a de choix, plus c’est difficile de choisir. On parle même de “paralysie des choix”.


Cette étude met en place 2 expositions de confitures. Une avec 24 choix et l’autre avec 6. Les gens sont plus attirés par les 24 confitures, mais quand il s’agit de faire un choix dans un but d’acheter, c’est le lot des 6 confitures qui a le plus de succès.


À force de prendre des décisions durant la journée ou lorsqu’il y a un trop grand nombre de choix, nous devenons plus lents et prendre de bonnes décisions est plus compliqué.


La fin de journée est donc le pire moment pour prendre une décision importante.

Le minimalisme


Pour ralentir les effets de cette fatigue, nous pouvons diminuer le nombre de décisions à prendre pendant la journée.


Le minimalisme est une solution.


En ayant moins de choses, nous devons faire moins de choix.


Barack Obama, Steve Jobs, Mark Zuckerberg et bien d’autres ont pris la décision de s’habiller toujours de la même manière. Ne pas devoir choisir ses vêtements est une décision en moins tous les matins 😃


Le minimalisme peut se pratiquer de différentes façons.


Faire du tri par exemple.

Pour y voir plus clair et réduire la charge mentale liée aux choix.


On peut faire du tri dans :


  • nos vêtements
  • nos livres
  • nos documents sur l’ordinateur


Je me concentre, dans cet article, sur Internet.


Il est possible de trouver, sur le web, d’excellents contenus qui nous apportent de très bonnes choses.

À condition de les voir…


Personnellement, pour m’abonner à des Newsletters, j’utilise Stoopinbox pour ne pas mélanger mails et newsletters. Je supprime aussi très régulièrement des abonnements qui ne m’apportent pas de valeur.

Si je suis abonnée à trop de newsletters, je ne sais plus laquelle choisir et je manque celles qui m’intéressent vraiment.


Je fais la même chose avec Instagram.


En suivant une multitude de personnes, les bons contenus peuvent se retrouver cachés par la masse d’autres contenus.


Ce tri est indispensable pour moi, car je sais que ma pensée est influencée par le contenu que je consomme. J’en parle dans cet article.


C’est une façon de dire “non” pour dire “oui”. Dire non à certaines choses, certaines personnes pour dire oui à d’autres. Laisser de la place à ce qui nous tient à cœur.


J’aime bien faire l’analogie avec la nourriture. Si je veux pouvoir profiter du dessert, je ne dois pas exagérer avec l’entrée ou le plat sinon je n’aurai plus de place.

L’organisation


Travailler notre organisation est une autre manière de fatiguer le moins possible notre cerveau.


Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de notre tête. si tout est en ‘pagaille’, on ne sait plus quoi faire, il n’y a pas de priorité. C’est comme si tous les tiroirs de notre armoire étaient ouverts.

Refermer les tiroirs permet de ne pas s’en occuper. (J’en parle dans ce petit audio sur Telegram).

Une technique est de ne jamais déranger, ou tout du moins ranger directement après usage.

En plus de diminuer la charge mentale, cela permet de gagner du temps. On retrouve plus vite l’objet recherché et on n’alloue pas de temps au rangement.



Une autre technique est le Dayli Meeze qui propose une routine de rangement.


Avant de finir la journée, prévoir un moment pour mettre de l’ordre sur notre bureau et mettre de l’ordre dans notre tête en planifiant pour le lendemain.


Le but est de se lever le matin avec un minimum de choses à faire et de choses en tête.



Et puis, il y a l’instauration de routines.

Nous évitons certaines décisions, car la routine le fait pour nous.


Voici quelques-unes de mes routines :

  • Entre 7h00 et 9h00, je suis en mode création (écriture, dessin, vidéo…)
  • Je fais minimum 3 balades par jour avec mon chien
  • Je suis dehors pendant mon temps de midi
  • Entre 19h et 21h, je passe du temps avec mes colocataires


Nous ne sommes pas obligés d’avoir les mêmes routines toute notre vie. L’important, c'est surtout de réduire le nombre de choix.




2 outils de prise de décision


Parfois, malgré une bonne organisation, nous sommes un peu déconcertés. Nous n’arrivons pas à prioriser, à choisir. Et la fatigue décisionnelle n’y est pour rien.


Certains choix sont plus difficiles que d’autres. Et nous savons qu’ils peuvent avoir un impact pour notre vie future ou notre travail.


Choisir ne veut pas toujours dire : supprimer toutes les options possibles. Il s’agit parfois d’une priorisation. Savoir quelles actions doivent être réalisées avant d’autres.


Décisions qui suppriment les autres options :

=> je choisis ce pull

=> je n’accepte pas ce colocataire


Décisions qui priorisent les actions :

=> je classe d’abord mes papiers puis, je m’occupe de ma comptabilité

=> j’achète d’abord ma maison puis mon van





Prendre le temps


Dans tous les cas, avoir un peu de temps pour faire un choix est super important. Car il n’y a rien de pire que de devoir choisir sous pression.


Quand il s’agit de choix importants, il est même nécessaire de patienter plusieurs jours et plusieurs nuits pour laisser décanter, lâcher prise et revenir sur le sujet. C’est un peu comme en créativité lorsqu’on a été en inspiration et qu’on doit laisser passer

du temps pour créer quelque chose de nouveau (j’en parle dans cet article : https://www.celinegrosjean.com/ralentir/).


Dans ma maison, j’ai des colocataires. Lorsqu’une nouvelle personne souhaite habiter avec nous, nous la rencontrons et nous lui donnons une réponse quelques jours plus tard.

En général, c’est toujours bien compris.



La technique des filtres


En plus du temps, la technique des filtres aide à orienter nos choix.


Elle est parfois utilisée naturellement. Par exemple, lors de l’achat d’une maison ou lors de la réservation d’un logement de vacances.


Exemple de filtres :

  • le prix
  • l’emplacement
  • le nombre de chambres
  • l’orientation


Mais on peut aussi l’utiliser de façon délibérée. Surtout, pour des choix plus difficiles avec beaucoup d’options.

Les différentes options doivent alors passer par un entonnoir à filtres. Le premier filtre est le plus important. L’option qui va le plus loin dans l’entonnoir est la meilleure.


Certains filtres doivent être obligatoires et d’autres peuvent être optionnels.


Lorsque je rencontre un futur colocataire, il y a les filtres obligatoires :

  • il doit savoir payer
  • il doit avoir une activité professionnelle


Et il y a les filtres plus subtils comme

  • il doit aimer les chiens (car nous vivons avec Pitchile 😆)
  • il a déjà vécu en colocation


Je m’aide aussi des filtres liés aux 4 accords toltèques que je peux observer lors de notre première rencontre.


  • avoir une parole impeccable
  • ne pas en faire une affaire personnelle
  • ne pas faire de suppositions
  • faire toujours de son mieux


Bref, des filtres, il peut y en avoir des milliers, l’important est de trouver ceux qui vous conviennent et ceux qui vous aident à prendre une décision réfléchie.

Les outils de Designers


Certaines décisions dans nos vies pro et perso ont besoin que l’on y consacre plus de temps, plus d’énergie ou doivent tout simplement être appréhendées différemment.


Sortir du cadre traditionnel en s’inspirant des techniques de Design peut être un bon moyen d’y voir plus clair, réfléchir autrement et trouver d’autres options plus pertinentes.


Lorsqu’il s’agit de priorisation, les designers utilisent des techniques comme :


  • le vote ;
  • différentes matrices (ex : positionner une idée par rapport à l’impact qu’elle peut nous apporter et l’effort qu’elle peut nous demander)  ;
  • la méthode moscow
  • etc.


Ces techniques  fonctionnent quand on a déjà des idées et qu’on veut savoir laquelle mettre en place en premier.


Parfois, la prise de décisions nous mène vers un travail plus profond, car elle s’apparente à un vrai problème à résoudre.


Et un problème n’est jamais pris à la légère par un Designer.

Il travaille souvent en collectif (avec une équipe interdisciplinaire) et passe par différentes étapes.


Je vous propose de vous présenter quelques outils utilisés dans les différentes étapes du Design Thinking (méthodologie très utilisée en Design).



1/ Inspiration


L’inspiration est une étape clé dans le processus de Design Thinking.

L’objectif est de creuser le sujet :


  • quel est le problème ?
  • qui est concerné
  • dans quel contexte ?


Une décision prise suite à un problème mal défini risque de mener à une mauvaise décision. Car on ne répond, peut-être pas, au bon problème.


Pour cette première étape, je vous propose la technique des 5 pourquoi.


L’idée est de poser 5 fois la question “pourquoi?” dans le but de remonter la source d’un problème.


Pourquoi cette décision est-elle importante pour vous ?


Voici un exemple :

Pourquoi dois-je changer de maison ? Car je ne peux plus la payer.

Pourquoi je ne peux plus payer la maison est vrai ? Car je n’ai pas assez de travail.

Pourquoi je n’ai pas assez de travail est vrai ? Car je n’arrive pas à me positionner.

Pourquoi je n’arrive pas à me positionner est vrai ? Car je n’ai pas les techniques nécessaires pour le faire.


Lors d’une prise de décision importante, il est nécessaire de creuser le sujet.

Comprendre les tenants et aboutissants. Saisir les différents éléments connexes qui peuvent être impactés par la décision.

2/ Imagination


Lorsqu’on connaît le sujet sur lequel on souhaite mettre de l’énergie, c’est intéressant de l’inscrire en grand quelque part. L’idée est de le garder comme objectif tout au long du processus.


L’étape d’imagination est une forme de brainstorming. On essaie de trouver différentes idées de solutions à la problématique que nous nous sommes fixés à l’étape précédente.


Je vous propose la technique des 6 chapeaux d’Edward de Bono pour cette deuxième étape du Design Thinking. Cette technique se trouve entre l’étape d’inspiration et d’imagination, car elle permet aussi de mieux comprendre notre sujet.


Elle permet d’ouvrir les portes à de nouvelles idées en observant une situation sous différents angles.


Lors de prise de décision, cette étape permet de trouver d’autres options auxquelles nous n’aurions peut-être pas pensé.


Cette technique se travaille en groupe et invite à penser différemment en fonction de la couleur du chapeau qui est proposé.


  • Le chapeau blanc est le chapeau des faits. L’idée est d’être le plus objectif possible (quelles sont les vérités ?)
  • Le chapeau rouge est le chapeau de l’émotion, de l’intuition (quels sont les ressentis ? )
  • Le chapeau noir est le chapeau des risques et critiques
  • Le chapeau jaune oriente la pensée avec des éléments positifs (quels sont les avantages ?)
  • Le chapeau vert pousse à réfléchir et être créatif par rapport à toutes ces réflexions (quelles sont les alternatives ? C’est à ce moment qu’on peut sortir du cadre)
  • Le chapeau bleu est le chapeau qu’on utilise pour cadrer l’exercice. Il permet de prendre du recul. On se met dans un état d’esprit de responsable pour guider le processus, recadrer si on dévie de l’objectif et aider à la prise de décision après avoir mis tous les chapeaux.


Vous pouvez faire l’exercice d’une personne qui hésite entre être freelance ou salarié 😉

3/ Mise en œuvre


Cette dernière partie est la partie où l’on va tester l’idée que nous avons pour pouvoir la valider ou non.

On appelle cette partie le prototypage et le test.


On parle de prototypage, car on essaie de mettre le moins d’énergie possible pour fabriquer l’idée, mais elle doit être la plus réaliste possible pour qu’on y croie vraiment.


Ex :

  • J’hésite entre habiter dans cette région de Belgique ou cette région de Suisse ?

Prototype et test : je pars vivre en mobilhome dans l’une des régions pendant 1 mois.


  • J’hésite à prendre un chien ?

Prototype et test : je m’inscris sur un site pour garder les chiens des autres, ou je propose à des amis de garder leur chien durant leurs vacances.



Le tout est de créer une mise en situation réelle. Un peu comme au cinéma (lorsqu’on regarde le film, on a l’impression qu’ils ont filmé dans des espaces réels. C’est parfois le cas, mais c’est souvent très bien organisé avec de très jolis décors).


Tout cela nous permet de nous mettre comme si on était dans une situation réelle sans prendre de risque. Le but est de tester si l’idée pourrait être la bonne.

Conclusion

Ce matin, je mets la même tenue qu’hier, ça me permet d’éviter de prendre une décision supplémentaire (c’est toujours ça de gagné) 😆


Je joue avec les contraintes comme en Design. Chaque contrainte est un challenge. Il y a des choses qu’on ne peut pas choisir. Pas de problème ! Il y a beaucoup de choses qu’on peut choisir.


Pour avoir une vie pleine de sens, la prise de bonnes décisions est primordiale. Faire les bons choix détermine notre futur. Une décision, si petite soit-elle, nous mène dans une direction. Une autre décision peut nous mener dans une tout autre direction. Le film, l’effet papillon, part de ce principe et montre la puissance des choix que nous prenons.


Il existe des milliers de façons de réfléchir et de prendre de bonnes décisions. Je vous laisse ainsi avec quelques pistes qui fonctionnent pour moi et qui rendent ma vie vraiment sympa.


  • le minimalisme
  • l’organisation
  • le temps
  • les filtres
  • les techniques de Design thinking


C’est à vous de jouer maintenant ! Prenez moins de décisions et prenez les bonnes.

Merci Emilie pour ta relecture ❤️

TOUS LES MOIS

DOSE D'INSPIRATION DANS TA BOITE MAIL

En t'inscrivant à cette newsletter, tu vas recevoir tous les mois des contenus exclusifs autour de la conception d’expérience. Que ce soit pour un service ou un produit. L’idée est de t’inspirer un maximum et t’aider à apporter encore plus de valeur à tes clients ou futurs clients.Soit le/la premier(ère) à être prévenu(e) d'événements ou ateliers et à avoir accès aux contenus réservés uniquement aux inscrits! 😃

Écrit par

Céline Grosjean
Quelques techniques pour choisir son futur
00:00:00 00:00:00